Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 11:35

  (publiée sur K-Libre, voir le lien dans la colonne liens ) mais vraiment pour ceux que ma petite vie intéresse... bon, on y trouve ce qui m'a mise sur le chemin de l'écriture...

 

Biographie Sonia Delzongle


Naissance à Troyes le 28 août 1967.
Naissance au forceps. Tout est à peu près bien passé, y compris la tête. Sans lésions cérébrales ni déformation de la boîte crânienne. Après une petite enfance sans histoires autres que celles qu'elle imaginait déjà, Sonia Delzongle voulut très tôt être maçon, puis archéologue. Et, pourquoi pas, exploratrice. Mais de toutes ces velléités elle n'en fit rien, excepté un linceul de rêves et s'achemina tranquillement vers une de ces scolarités sans faille jusqu'à ce que les méandres d'une adolescence mystique et tourmentée vinssent rendre le chemin plus chaotique. Outre les rêves et la lecture, l'écriture, déjà une passion en plus du dessin, resta le refuge privilégié de tous les possibles qu'elle s'inventait à défaut de les vivre.


Après quelques années universitaires sans conviction en Langues et une dernière en Lettres Modernes, Sonia Delzongle s'attaqua au concours de l'École des Beaux-Arts de Dijon, ancienne capitale des Ducs de Bourgogne où ses parents avaient élu domicile après un bref passage à Troyes, le temps de la naissance de leur fille qui devait rester unique à son grand dam. Sonia Delzongle fut reçue aux Beaux-Arts qu'elle termina avec un diplôme au bout de six ans, avant de connaître les aléas d'une vie professionnelle fluctuante, papillonnant de job en job pour pouvoir continuer à peindre et exposer. Ce parcours du combattant la mena à Lyon où elle put enfin réaliser un de ses nombreux rêves non réalisés, devenir journaliste en presse écrite. En plus d'un monde sinistré, elle allait découvrir un univers sans pitié de basses rivalités et d'ego XXL.


Un jour sans doute plus sombre que les autres, Sonia Delzongle songea qu'elle aurait peut-être dû faire serial killer. Mais elle se contenta de lire des ouvrages sur le thème, d'écrire des romans nombrilistes et sans consistance jusqu'à cette toute petite réussite littéraire, une nouvelle devenue depuis un roman court, La Journée d'un Sniper, publié par Jacques André, un éditeur lyonnais qui signa ce qu'elle espérait et espère toujours être le début d'une gloire méritée. Elle enchaîna sur un thriller éditorial, À titre posthume qui eut son petit succès, avant de taper dans l'œil d'un éditeur de Montréal, Transit éditeur/Cogito avec, cette fois, un thriller, un vrai, bien glauque, bien noir, aussi sombre qu'un jour de pluie au Havre, Le Hameau des Purs, à paraître fin janvier 2011. Désormais, Sonia Delzongle, qui a enfin trouvé sa voix, n'a pas fini de disséquer les âmes au scalpel et faire trembler les lecteurs sous les coups d'une plume acérée et impitoyable.

Partager cet article

Repost 0
Published by sonia
commenter cet article

commentaires